Une petite fille de six ans échappe de peu à une explosion...

Publié le par JasmiN

Une petite fille de six ans échappe de peu à une explosion qui tue toute sa famille

Dalal Abu Eisha, une petite fille de six ans, a perdu toute sa famille. Par pure coincidence, l’enfant a échappé aux bombardements israéliens qui ont tué sa famillle proche dans la partie ouest de Gaza ville.
(JPG)
Les Israéliens ont massacré de nombreuses familes palestiniennes. Ici la famille al-Sammoni exterminée à Gaza - Photo : Mohamed al-Zanon/MaanImages

Par un concours de circonstances que l’on pourrait qualifier d’heureux, Dalal était sortie avec sa grand mère quelques heures avant qu’un projectile israélien ne vienne frapper la maison familiale.

Elle étaient toutes deux sorties voir la famille d’une autre enfant, victime de l’incursion massive d’Israël dans la bande de Gaza, par voie aérienne et terrestre.

Cousine de Dalal, Ruba Abu Ras, une enfant tout juste en âge de marcher, avait été tuée par un missile israélien alors que sa mère était sortie faire quelques courses pour les enfants.

Turkiyya Abu Eisha, la grand-mère de Dalal âgée de soixante-cinq ans, voulait être avec sa fille pour le deuil de la petite Ruba Abu Ras. Elle ignorait que son propre fils et sa famille étaient sur le point de mourir.

C’est ainsi que lundi, Dalal participait à la veillée funèbre de sa cousine, dans la maison de sa tante, dans le quartier Zaytoun de Gaza ville, où elle décida de passer la nuit. Elle non plus ne savait pas que quelques heures plus tard, toute sa famille serait morte.

Lorsqu’elle s’est réveillée le mardi, la petite fille de six ans a découvert que son père Aamir, sa mère Naheel, ses frères Muhammad âgé de 9 ans, Sayyid âgé de 12 ans, Ahmad âgé de 5 ans ainsi que sa sœur Ghayda âgée de 7 ans, avaient tous été tués.

Trois frères mariés, appartenant à la famille Abu Eisha, habitaient dans la maison de deux étages. Deux des frères et leurs épouses avaient trouvé refuge dans un entresol afin de protéger leurs enfants des frappes israéliennes.

Sachant qu’il n’y avait pas d’armes ou de militants chez lui, le troisième, frère, Aamir, avait décidé de faire confiance à l’armée israélienne. Ce père de famille estimait que ses enfants seraient en sécurité dans leurs chambres, ne voyant pas de raison de les perturber plus que nécessaire.

Aamir n’a pas eu l’occasion de regretter que sa confiance ait été trahie : ce père a été tué avec le reste de sa famille, peu de temps après leur avoir dit bonsoir dans leur lit - exception faite de la petite Dalal.

Selon le témoignage d’une des belles-soeurs survivantes, “A minuit pile, nous avons entendu une explosion terrible et un mur s’est effondré sur nous. Sous l’effet de la peur, et par la force de la volonté, j’ai réussi à dégager les décombres et je me suis relevée, serrant dans mes bras le plus jeune de mes enfants."

Sirin Abu Eisha raconte à Ma’an : "J’ai alors sorti deux de mes (autres) enfants des décombres, j’ai allumé mon téléphone portable pour m’éclairer et j’ai découvert qu’un autre mur s’était effondré sur Amr, mon fils de cinq ans, juste avant que mon mari réalise que celui-ci était mort. Peu de temps après, son mari a commence à chercher les autres membres de la famille, et “nous sommes sortis de l’entresol de peur que la maison s’écroule sur nos têtes. Mais nous nous sommes rendus compte que l’escalier et l’étage supérieur s’étaient déjà effondrés, et qu’il n’y avait aucun signe de vie”, ajoute-t-elle. Toutefois, mon mari pensait que son frère Aamir avait trouvé refuge ailleurs. Nous avons essayé de l’appeler sur son téléphone portable, mais nous n’avons pas eu de réponse " dit-elle.

"Deux heures plus tard, des voisins qui avaient commencé à déblayer ont découvert des morceaux de corps humains, et nous avons compris qu’Aamir était mort, ainsi que le reste de la famille."

Publié dans Gaza News Info

Commenter cet article