Communiqué PCHR du 27 au 31/12 Le Bilan de Gaza

Publié le par JasmiN


(JPG)




Déclaration à la presse N°117/2008

Le 27 décembre - 16h00

C’est le jour le plus sanglant de toute l’histoire de l’occupation : l’offensive aérienne contre la bande de Gaza fait des centaines de morts et des blessés en très grand nombre.

Le PCHR condamne avec la plus grande fermeté la guerre engagée par les forces israéliennes d’occupation (FOI) contre la bande de Gaza par une offensive aérienne de grande envergure qui jusqu’à présent a ciblé des douzaines de commissariats de police, de bâtiments officiels et des édifices publics. Selon les 1ères informations disponibles, au moins 190 Palestiniens, pour la plupart des policiers dont leur général en chef, Tawfiq Jaber, ont été tués alors qu’ils étaient pour la plupart rassemblés à l’intérieur ou à proximité de leur commissariat. Des centaines d’autres ont également été blessés. Beaucoup sont dans un état critique, en soins intensifs dans les hôpitaux de la bande de gaza qui ne peuvent déjà plus absorber toutes les urgences. A cause du siège imposé par les FOI, l’approvisionnement en médicaments et les services minima à assurer à la population civile limitent les capacités des soins.

Les frappes aériennes ont commencé à 11h25, pratiquement à la même heure sur toute la bande de Gaza. Cette programmation montre que la décision israélienne a été prise pour causer un maximum de dégâts dans le déroulement des activités quotidiennes d’une journée comme les autres. Cela explique le nombre élevé de tués ou de blessés en quelques minutes en ce jour le plus sanglant depuis 41 ans d’occupation israélienne. Cette programmation coïncidait avec la fin de la période de deuil et le début de l’après-midi et la rentrée des classes dans les établissements scolaires dont beaucoup sont situés à proximité des stations de police qui ont été attaqués. Le PCHR a été informé qu’un certain nombre de jeunes ont été tués ou blessés alors qu’ils se rendaient à l’école ou en revenaient. Des centaines d’écoliers et de civils terrifiés sont pris en charge par des unités psychologiques. Le PCHR a également été informé que toutes ces victimes sont des civils sans arme qui se trouvaient à proximité des lieux ciblés par l’aviation, la plupart de ces lieux étant construits dans des zones à forte densité humaine. Au moment où le PCHR rédige cette déclaration de presse, les équipes médicales et celles de la défense civile sont toujours en train d’extraire les corps des gravats des bâtiments bombardés ; il faut noter que plusieurs centres de la protection civile ont également été bombardés.

Communiqué de presse N° 118/20089

Le 28 décembre à 15h00

251 palestiniens, pour la plupart des civils, dont 20 enfants et 9 femmes ont été tués. 580 autres dont 130 enfants et 28 femmes ont été blessés.

Pour le 2ème journée consécutive, les FOI ont poursuivi leur guerre la plus sanglante et la plus brutale que la bande de Gaza ait connu depuis 1947, avec le silence et le consentement des pays arabes et de la communauté internationale.

Depuis la déclaration à la presse hier, les FOI ont poursuivi leurs frappes aériennes contre des infrastructures civiles, des ateliers, des maisons, des hangars abritant du matériel médical. Fait sans précédent : des mosquées ont également été bombardées. L’aviation poursuit ses vols au-dessus de la Bande de Gaza en terrifiant la population.

A la nuit tombante, beaucoup de familles palestiniennes reçoivent des appels téléphoniques venant des Renseignements généraux Israéliens, les sommant de quitter leur domicile qui sera bombardé. De tels appels troublent la population et le PCHR pense que cette guerre déclarée a bien pour objet de cibler la population civile et ses biens. Les déclarations de l’état-major militaire et politique israélien a d’ailleurs annoncé une catastrophe humanitaire et une guerre longue et à tous les niveaux.

Selon ce que les enquêteurs de terrain du PCHR ont pu relever, le nombre des victimes civiles au cours des 10 premières minutes de l’offensive est plus élevé que la totalité des morts au cours de la guerre contre le Liban en 2006.

Le PCHR tient à insister sur le fait que ses enquêteurs font face à des difficultés extrêmes pour obtenir des témoignages documentés sur les crimes : bombardements qui frappent sans relâche, confusion qui s’est répandue dans les hôpitaux incapables de faire face à cause du manque d’équipement médical, dislocation des corps empêchant toute identification Compte tenu de ces réserves, les enquêteurs font état des faits suivants :

GOUVERNOURAT DE RAFAH

Samedi 27 décembre

L’aviation bombarde le site de la sécurité palestinienne qui comporte les bâtiments des forces de la Sécurité nationale, du service de la sécurité intérieure et de la police dans la rue Abu Baker, au centre de Rafah. Elle bombarde également plusieurs sites d’entraînement des groupes de la résistance palestinienne à Tal Al Sultan, banlieue ouest de la ville. Tous ces bâtiments sont complètement détruits. Ces bâtiments sont situés dans un quartier qui connaît une intense activité pour être au cœur de la ville. Les jeunes se rendant à l’école, les adultes étant à leurs occupations. Résultat : 12 d’entre eux sont tués, les corps de la plupart sont disloqués. Toutefois on identifie un enfant, un prédicateur, un imam, un médecin, une infirmière et un avocat.

Dimanche 28 décembre

-  03h30 : La forge d’Abou Moussa a Al Junaina, quartier du centre de Rafah vole en éclat.

-  06h50 : L’aviation bombarde un dépôt de produits médicaux, déclarant un incendie qui s’étant aux 5 maisons voisines.

-  07h30 : L’aviation bombarde un commissariat de police qui avait été évacué à Al Sultan.

-  08h00 : Bombardement du complexe des forces de la sécurité nationale à l’est de la ville. 20 minutes plus part l’aviation bombarde la station de la police maritime située sur la côte ;

-  10h50 : L’aviation bombarde les bâtiments du gouvernorat de Rafah proche du poste frontière avec l’Egypte. Les hôpitaux de la ville ont dû admettre 77 blessés dont 20 enfants et 3 femmes.

GOUVERNORAT DE KHAN YOUNIS

Samedi 27 décembre

-  11h25 : L’aviation bombarde les installations de la police anti-émeutes et des services de la sécurité intérieure ainsi que le bâtiment du département du contrôle agricole situés à l’ouest de la ville. Les FOI bombardent également des aires d’entraînement pour les groupes de résistants ainsi que deux commissariats de la police maritime à l’ouest et au sud de la ville. 16 tués dont 11 civils. 8 d’entre eux étaient au travail dans les bureaux du ministrère de l’Agriculture .

-  17h30 : L’aviation bombarde la forge de la famille Al Jabri dans AL Mal, banlieue ouest de Khan Younis.

-  20h30 : L’aviation bombarde la cafétaria appartenant à la famille Moussa.

Dimanche 28 décembre

-  03h00 : L’aviation bombarde la forge de la famille Baraka à Bani Suhaila village à l’est de Khan Younis.

-  08h30 : L’aviation bombarde des serres dans Al Qarara, à l’est de Khan Younis, et des terres agricoles dans Al Khuza’a. Un jeune de 14 ans est sérieusement blessé.

Les hôpitaux de Khan Younis ont accueilli 100 blessés dont 12 jeune et une personne âgée.

LE CENTRE DE LA BANDE DE GAZA

Samedi 27 décembre

-  11h25 : L’aviation bombarde 15 sites : une station de la défense civile, le commissariat de la localité de al-Zahraa, le site Fayez Jarad des forces de la sécurité nationale près de al-Mughraqa village, le commissariat et le site du service de la sécurité intérieure sur la localité de Abu Meddain, un poste de la défense civile, 5 commissariats et le site des brigades Izzidin Al Qassam, le bras armé du Hamas à Deir Al Balah, le site des forces de la sécurité nationale du camp de réfugiés de al-Maghazi, le site des forces de la sécurité nationale du camp de réfugiés de Al Bureij et celui des brigades Izzidin al Qassam près de la Gaza Valley.

Au total 84 Palestiniens dont 20 civils sont tués. Parmi les victimes on déplore 2 enfants dont un de 3 ans tué chez lui près de sa mère et de sa sœur toutes deux sérieusement blessées.

Dimanche 28 décembre

-  02h45 : Après avoir sommé la famille al-Sha’ei de sortir de sa maison dans le camp de Al Bureij, l’aviation la bombarde. La maison et les maisons alentour sont sérieusement endommagées.

-  09h00 : L’aviation bombarde un poste de la police maritime du camp de réfugiés de Nusseirat.

L’hôpital des Martyrs d’Al Aqsa à Deir Al Balah reçoit 100 Palestinien, pour la plupart des civils, blessés au cours de ces attaques.

LE GOUVERNORAT DE GAZA VILLE

Samedi 27 décembre

-  11h25 : L’aviation bombarde le complexe policier « Arafat » au cœur de Gaza ville au cours de la remise des diplômes aux nouveaux officiers de police, le quartier général des services de la sécurité préventive et les bureaux de l’association Waed de soutien aux prisonniers à Tal al Hawa, banlieue sud de la ville, le site Al Mashtal situé dans le camp de réfugiés de Shatti en bord de mer, le commissariat Al Abbas, un entrepôt de véhicules hors d’usage appartenant au Hamas situé à proximité du port de Gaza et le quartier général des services de la protection et de la sécurité ainsi que le complexe présidentiel situé en bord de mer.

L’aviation bombarde également le commissariat de police de al Daraj, banlieue est de Gaza ville, le site des brigades Izzidin al Qadssam de al Shaja’iya et de al Zatoun et la maison de la famille Humaid dans al Tuffah.

-  15h30 : L’aviation bombarde le complexe de la Sécurité de al Saraya au centre de gaza ville.

Dimanche 28 décembre

-  01h00 : L’aviation bombarde la mosquée Al Burno proche de l’hôpital Shiffa et 2 forges au cœur de la ville appartenant aux familles Khawaja et Abu Jahaal.

-  02h00 : L’aviation bombarde l’immeuble de la télévision Al Aqsa situé dans la rue Al Nasser au nord de la ville.

-  05h00 : L’aviation bombarde un immeuble de 3 étages appartenant à la famille Selmi dans Al Zaytoun.

-  08h00 : Bombardement du commissariat de de al Shoja’iya

-  09h15 : Bombardement d’une cache d’armes à Tal al Hawa, de la salle de réunion de la famille al ‘Ashi dans Al Remal et le site des forces de la sécurité nationale dans la banlieue Al Nasser.

-  10h10 : Bombardement d’un secteur de Shaikh Radwan, banlieue nord de gaza ville. 10 minutes plus tard un missile explose sur une voiture de police à Al Zaytoun.

-  11h00 : Bombardement du complexe de la sécurité de al Saraya qui comprend la prison centrale en plein cœur de la ville.

Ces frappes tuent 117 Palestiniens dont 15 jeunes et 7 femmes. Parmi les victimes on dénombre 7 étudiants de l’UNRWA, 3 membres de la famille al Rayes, un homme et son fils de la famille Hwaij. Selon l’enquête menée par le PCHR la nplupart des victimes dont Tawfiq Jaber lont été tués dans le complexe « Arafat » au cours de la cérémonie de remise des diplômes.

Les hôpitaux de Gaza ont admis 200 Palestiniens dont 18 jeunes et 12 femmes. 35 parmi les blessés ont été reçus aux soins intensifs.

LA PARTIE NORD DE LA BANDE DE GAZA

Samedi 27 décembre

-  11h25 : Plusieurs sites des services de la sécurité et des camps d’entrainement sont bombardés. 21 Palestiniens dont 2 femmes et 3 responsables de la compagnie des télécoms palestiniens sont tués.

Les sites touchés sont :

-  « ‘Abdul ‘Aziz al Rantissi » à l’ouest de Jabaliya. 9 hommes de la sécurité sont tués. Il y a de nombreux blessés la station de la police maritime à l’ouest de Beit Lahiya. 3 hommes de la sécurité sont tués et on compte une douzaine de blessés.

-  l’immeuble des forces de la sécurité nationale à l’Est de Jabaliya, le site des brigades Izzidin Al Qassam et un local des télécoms : 7 tués dont une femme.

-  le site des Forces de la sécurité à l’ouest de Beit Hanoun.

-  un quartier de Al Jamal banlieue de Beit Hanoun, où 2 civils dont une femme sont tués.

Au total 31 enfants tués.

Le 28 au soir et le 29 au matin 22 enfants sont tués ou blessés au cours de leur sommeil. La famille Ba’lousha est prise sous les décombres de sa maison jouxtant la mosquée bombardée : Jawaher, 4 ans, Dunia, 8 ans, Samar, 12 ans, Ikram, 14 ans et Tahreer, 17 ans sont tuées.

Le 29 au matin Ibtihal Kishku, 8 ans, est tuée à Al Zaytoun, Sid’qi, 3 ans, Ahmed, 12 ans, sont tués dans le camp de réfugiés de Rafah.

Communiqué de presse 119/2008

30 décembre - 12h15

En ce 4ème jour de l’offensive de l’aviation israélienne le nombre des tués s’élève à 310, pour la plupart des civils, dont 37 enfants et 9 femmes ...

(JPG)

Rapport n° 51 pour les 30 et 31 décembre

Semaine la plus sanglante depuis le début de l’occupation israélienne.

Les Forces d’Occupation Israéliennes (FOI) déclenchent une offensive de grande envergure sur la bande de Gaza tuant et blessant des centaines de Palestiniens

300 incursions aériennes et maritimes

334 tués qui se répartissant ainsi : 121 civils dont 33 enfants et 11 femmes et 165 policiers.

Parmi les enfants 5 sœurs et 3 frères tués pendant leur sommeil et 2 sœurs et leur frère tués à côté de leur maison.

Parmi les civils adultes on compte 2 médecins, un paramédical, un avocat, 9 étudiants, un gardien d’école ....

Selon les « entrées » dans les hôpitaux on compte 996 Palestiniens blessés dont 218 enfants et 113 femmes (ne sont pas comptés ceuxqui n’ont pas pu être hospitalisés faute de place).

37 maisons détruites et des centaines d’autres rendues inhabitables.

7 mosquées détruites.

20 ateliers de forgerons détruits.

4 bureaux de change et une centre de soins détruits.

3 petits ports de pêche détruits.

67 sites affectés à la sécurité et à la formation des résistants, détruits.

25 bâtiments publics et administratifs (Conseils régionaux, municipalités, conseil législatif).

et 3 institutions éducatives) détruits.

voir ci-dessus : « Infos Gaza - 430 - pour les journées des 27,28 & 29 décembre)

Mardi 30 décembre

-  03h00 : L’aviation bombarde la mosquée Al Farouq dans le camp de réfugiés de Al Bureij. Elle est détruite et avec elle tous les biens mobiliers du centre de soins qui lui est contigu : ce centre assurait des soins médicaux à une population de 35 000 personnes. Un peu plus tard l’aviation ciblait une ambulance du ministère de la santé qui évacuait les corps des tués et les blessés au cours de la nuit

Mercredi 31 décembre

-  02h00 : Un drone cible un missile sur une ambulance du ministère de la Santé à Jabal al Rayes, quartier est de Gaza ville. L’équipe de l’ambulance était en train de charger des corps. Mohammed Saïd Abu Asira, 21 ans, paramédical est tué sur le coup, le chauffeur Heshmat Ajjour, 30 ans et Omar al Madhoun, 35 ans, le médecin sont mortellement blessés. Ils décéderont à leur arrivée à l’hôpital.

Bilan des tués du 27 au 31 décembre

Nord de la bande de Gaza : 46 tués dont 27 civils comprenant 11 enfants et 3 femmes - 322 blessés, pour la plupart des civils.

Gaza ville : 153 tués dont 45 civils comprenant 10 enfants et 7 femmes - 250 blessés pour la plupart des civils.

Centre de la bande de Gaza : 88 tués dont 20 civils comprenant 4 enfants et un vieillard - 134 blessés dont 22 enfants et 11 femmes.

Khan Younis : 28 tués dont 17 civils - 125 blessés dont 22 enfants et 8 femmes.

Rafah : 18 tués dont 13 civils comprenant 5 enfants et une femme - 165 blessés pour la plupart des civils victimes d’une frappe aérienne au cœur du camp de réfugiés al Shaboura parmi lesquels 15 enfants et 15 femmes.

Les équipes médicales font face à des difficultés extrêmes pour évacuer les corps et transporter les blessés dans les l’hôpitaux et les centres de soins : les bombardements sont incessants, le déblayage des gravas sous lesquels sont prisonniers les blessés, nécessite l’intervention d’engins, les voies d’accès sont rendus impraticables.

Par ailleurs les hôpitaux souffrent d’un manque de lits. Il y en a 1200 dans les hôpitaux de Gaza ville. L’hôpital Shifa en compte 530. Au total pour Gaza Ville 319 corps et 1 000 blessés ont pu être accueillis. Les soins dispensés sont limités pour cause de manque de médicaments et de matériel.

Par ailleurs le manque d’électricité entraîne l’immobilisation de nombreux appareils. On estime à 390 les blessés hospitalisés nécessitant d’être transférés à l’extérieur. Le ministère de la santé est parvenu à un accord avec l’Egypte pour que 60 d’entre eux puissent passer par Rafah.

Le bombardement de la mosquée al Burno qui jouxte l’hôptal Shifa a eu pour effet de souffler toutes les fenêtres et les portes des blocs opératoires et des services administratifs. L’alimentation en eau du bloc opératoire N°8 a été détruite.

Traduction : Jacques Salles pour Palestine 33

(JPG) (JPG) (JPG) (JPG) (JPG) (JPG) (JPG) (JPG) (JPG) (JPG) (JPG) (JPG)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article