Israël massacre les civils à Gaza

Publié le par JasmiN

Israël massacre les civils à Gaza





L’agression terroriste menée par Israël à Gaza a déjà causé la mort de près de 400 Palestiniens dont une grande partie de femmes et d’enfants.
 

  Le génocide mené contre le peuple palestinien se poursuivait hier pour la 3e journée consécutive. L’agression perpétrée depuis samedi dernier contre la bande de Gaza s’est soldée par 312 morts et plus de 1 420 blessés, selon un bilan malheureusement provisoire, fourni hier à la mi-journée. Israël frappe sans distinction : habitations, mosquées, université, médias, postes de police, administrations. L’opération baptisée « Plomb durci » est la plus violente depuis l’occupation de Gaza par Israël en 1967. Après une série de raids nocturnes, l’armée de l’air israélienne a mené de nouvelles frappes, hier matin, détruisant notamment le bureau du Premier ministre du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, selon des témoins. Mais c’est le spectacle macabre des cinq fillettes de la même famille tombées en martyres dans le bombardement de leur maison, dans la nuit de dimanche à lundi, qui a fait le tour du monde. Les victimes âgées de un à douze ans et habitant près de la mosquée de Jabaliya sont mortes dans leur sommeil. Les Israéliens ont ainsi réédité leur sale besogne de Qana dans le Liban-Sud, lorsqu’ils ont bombardé, durant la guerre de 2006, une maison dans laquelle se sont réfugiés des civils, les tuant tous. Toujours dans la nuit de dimanche à lundi, un appareil israélien a bombardé l’université islamique de Gaza, présentée comme étant un bastion du Hamas.

Selon le dernier bilan fourni par le chef des services d’urgence dans la bande de Gaza, Mouawiya Hassanein, les attaques aériennes israéliennes ont fait depuis samedi au total 312 tués et 1 420 blessés. Selon des bilans recueillis sur place, la majorité des morts seraient affiliés au Hamas. Un problème est posé avec acuité : comment Israël, sous prétexte de vouloir « décapiter » le mouvement Hamas, fer de lance de la résistance à l’occupation dans la bande de Gaza, est en train de massacrer systématiquement la population de Gaza dans l’indifférence quasi totale et pis, une indulgence et une compréhension américaine ? La réponse peut se décliner sur trois niveaux. Pour ce qui est du premier niveau, les dissensions profondes entre le mouvement Fatah du président Mahmoud Abbas et le Hamas de Khaled Mechaâl ont fait le jeu des Israéliens, favorisant « le modéré » Fatah contre « l’extrémiste » Hamas ! Diviser pour régner, tel est le credo de Tel-Aviv. L’échec des pourparlers du Caire entre les différents mouvements palestiniens a donné un argument de taille aux tenants de la liquidation programmée du Hamas. Dans ce cas de figure, qui dit liquidation programmée dit approbation du plan israélien par certaines parties palestiniennes et arabes. C’est là qu’entre en jeu le deuxième niveau, celui de la connivence. La présente configuration rappelle à s’y méprendre celle de l’été 2006, lors de l’agression israélienne contre le Hezbollah libanais. Des parties arabes ont même accusé le parti de Hassan Nasrallah d’avoir joué avec le feu, par pure aventurisme. Le chef de la diplomatie égyptienne, qui a reçu son homologue israélienne deux jours avant l’agression, a déclaré que « le Hamas porte une part de la responsabilité du drame actuel que vit la population palestinienne, car il a refusé de prolonger la trêve avec Israël ». Des propos qui se passent de tout commentaire et qui ont alimenté la suspicion à l’égard de l’Egypte.

Publié dans Gaza News Info

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article