Gaza : la vie quotidienne sous les bombes décrite par l’ONU

Publié le par JasmiN


Gaza : la vie quotidienne sous les bombes décrite par l’ONU

Quelle est la situation au quotidien de la population de Gaza prise au piège dans une zone de guerre ? Le 2 janvier, l’ONU publiait les statistiques suivantes : les bombardement ont visé plus de 600 cibles. Des milliers d’habitations sont endommagées. La population vit dans la peur et la panique. 80% des gazaouis dépendent de l’aide humanitaire et les pénuries alimentaires s’aggravent en raison du blocus. La farine, le blé, le riz manquent. Moins de 20 boulangeries fonctionnent encore à Gaza, faute de farine ou de gaz. L’eau courante est disponible une fois par semaine. 250 000 personnes sont totalement privées d’électricité, et pour les autres les coupures durent 16 heures par jour. Le gaz et l’essence manquent. L’ONU ne dispose plus de la trésorerie nécessaire au règlement de ses contractants ou au soutien des familles en grande difficulté. Nous avons reproduit ci-dessous le rapport de l’OCHA.

ONU, Agence de Coordination des Affaires Humanitaires, 2 janvier 2009

Rapport sur la situation humanitaire à Gaza

La crise humanitaire dans la bande de Gaza est considérable et ne peut pas être sous-estimée. Elle fait suite à ce que l’ONU a décrit comme « crise de la dignité humaine » longue de 18 mois dans la bande de Gaza, qui a entraîné une destruction massive des moyens de subsistance et une importante détérioration de l’infrastructure et des services de base.

Éléments factuels de la crise humanitaire actuelle :

Sept jours de bombardements sans interruption sur l’ensemble de la bande de Gaza. Le nombre de victimes répertoriées s’élève à 327 morts et plus de 1100 blessés. Cependant il existe d’autres estimations incluant les victimes non répertoriées qui portent le bilan à 421 morts et 2100 blessés. La population vit dans un état de peur et de panique.

80% de la population ne peut pas subvenir à ses besoins et dépend de l’aide humanitaire. Ce chiffre est en augmentation.

Selon le Programme Alimentaire Mondial (PAM), la population fait face à une crise alimentaire. On constate des pénuries alimentaires de farine, de riz, de sucre, de produits laitiers, de lait, d’aliments en conserve et de viandes fraîches.

Les importations entrant dans la bande de Gaza sont insuffisantes pour subvenir aux besoins de la population ou à l’entretien et la réparation des infrastructures

Le système de santé est débordé, ayant déjà été affaibli par les 18 mois de blocus.

Les services publics fonctionnent à peine : la seule centrale électrique est à l’arrêt. Quelques 250 000 personnes résidant au centre et au nord de la bande de Gaza n’ont aucune électricité en raison de dommages subis par quinze transformateurs électriques durant les frappes aériennes. Le système de distribution d’eau fournit de l’eau courante une fois tous les 5-7 jours et le système d’assainissement ne peut pas traiter les eaux usées et déverse 40 millions de litres d’eaux usées non traitées dans la mer tous les jours. Le combustible utilisé pour le chauffage, nécessaire en raison du temps froid, ainsi que le gaz utilisé en cuisine ne sont plus disponibles sur le marché.

D’importante destructions ont eu lieu dans la bande de Gaza, avec plus de 600 cibles touchées, y compris les routes, les infrastructures, l’université islamique, les édifices gouvernementaux, des mosquées et des postes de police urbaine.

Violence

La principale caractéristique concernant les attaques de l’armée de l’air israélienne durant les dernières 24 heures a été l’escalade dans le ciblage des habitations appartenant à des dirigeants du Hamas et des militants. Quelques 25 de ces domiciles ont été attaqués. La plupart de leurs habitants avaient au préalable reçu des avertissements téléphoniques en provenance des forces armées israéliennes, les informant de l’intention de bombarder la maison et leur conseillant une évacuation. Dans certains cas, la frappe a eu lieu seulement 5 minutes après l’appel. D’autres personnes ont reçu des avertissements similaires qui ne se sont pas concrétisés, laissant ainsi les familles dans un état de panique et d’incertitude. L’estimation du nombre total de maisons bombardées appartenant à des dirigeants du Hamas est à ce jour de 45. Des dégâts ont été causés à des milliers d’habitations partout dans la bande de Gaza.

Parmi les habitations visées hier se trouvait celle du chef du Hamas, Nizar Rayan, située dans le camp de réfugiés de Jabaliya, qui a refusé d’évacuer après avoir été averti de l’imminence d’une frappe. Nizar Rayan et 13 membres de sa famille, dont 11 de ses enfants, ont été tués et 12 autres personnes ont été blessées. Selon les forces armées israéliennes ce domicile était utilisé comme un lieu de stockage d’armes.

Plus de 60 tirs de roquettes et de mortiers ont été effectués par des militants palestiniens sur des villes et villages israéliens, y compris Ashkelon, Ashdod, Sderot et Beersheba au cours des dernières 24 heures. Deux bâtiments résidentiels ont été directement touchés, mais aucune victime n’a été signalée.

Alimentation

Hier, l’UNRWA a repris la distribution de denrées alimentaires à 2000-3000 familles. Six centres de distribution sur dix sont opérationnels aujourd’hui et effectueront la distribution de nourriture en fonction de la quantité de farine qu’ils recevront.

Hier, le PAM a distribué 358 tonnes de denrées alimentaires de base à 2300 familles au centre de Gaza et à Khan Younis et poursuivra cette distribution aujourd’hui. En revanche, aucune distribution n’a pu être effectuée dans la ville de Gaza (en raison de l’emplacement des stocks situés à proximité du QG de la police) et dans la région Nord (en raison des dommages subis par l’entrepôt). En outre, le PAM fournit chaque matin, 362 colis de pain (contenant chacun 50 pièces) aux hôpitaux gérés par le Ministère de la Santé.

Aucune livraison de blé n’est entrée à Gaza depuis le début des hostilités, ce qui a provoqué la fermeture de tous les moulins. Les propriétaires de moulins ont confirmé que le Ministère de l’Economie Nationale dans la bande de Gaza leur a ordonné d’allouer toute la farine de blé disponible aux boulangeries et de la distribuer sous son contrôle (au lieu de la vendre sur le marché). Au jour d’aujourd’hui, moins de 20 boulangeries dans la bande de Gaza sont opérationnelles, en raison du manque de farine et de gaz de cuisson.

Certains commerçants auraient dissimulé des produits alimentaires en prévision de nouvelles pénuries. Un renforcement de la présence de la police a été observé dans certaines zones. Elle met en garde les propriétaires contre la dissimulation de produits de base ou l’augmentation des prix.

Situation Sanitaire

Selon diverses sources du ministère de la Santé et du CICR, bien que la situation dans les hôpitaux soit extrêmement précaire, elle s’est stabilisée à la suite de l’important volume de fournitures médicales reçues ou sur le point d’arriver. Globalement, plus de 30 camions transportant des fournitures médicales sont arrivés à Gaza depuis dimanche. Hier, quatre générateurs électriques modernes sont arrivés via le point de passage de Rafah et ont été livrés aux hôpitaux de Gaza gérés par le Ministère de la Santé afin d’augmenter la puissance de secours disponible.

Le principal défi est celui de la pénurie de matériel médical adéquat et de pièces de rechange, aggravée par les 18 mois de blocus. Selon l’OMS, on compte au moins 1000 appareils médicaux hors d’usage. Les hôpitaux souffrent également d’une grave pénurie de gaz pour la cuisson. Celui-ci devrait être totalement épuisé dans les jours à venir. En conséquence, le PAM a distribué des conserves de viande et de biscuits à haute énergie. Le Ministère de la Santé a fait état d’une pénurie de camions pour livrer les fournitures médicales aux hôpitaux ainsi que de l’absence de capacités de stockage adéquates.

Carburant / électricité

Les pipelines de Nahal Oz restent fermés depuis le début des hostilités avec pour résultat l’absence de livraison de carburant. Les pénuries de carburant sont aggravées par l’interruption de l’importation de carburant en provenance de l’Égypte à travers les tunnels, à la suite de la destruction d’une partie d’entre eux et du risque élevé de les utiliser.

La seule centrale électrique de Gaza n’est pas opérationnelle en raison du manque de fuel industriel. Les pannes d’électricité durent en moyenne 16 heures chaque jour. En outre, à la suite de dommages causés par les frappes aériennes à 15 transformateurs électriques, de l’ordre de 250 000 habitant au centre et au nord de la bande de Gaza n’ont aucune fourniture d’électricité pendant toute la durée du jour et de la nuit. Il n’y a pas de transformateurs disponibles actuellement dans la bande de Gaza. Les transformateurs qui ont été déjà achetés se trouvent en Israël ou à Tulkarem et nécessiteront une opération coordonnée pour être livrés dans la bande de Gaza.

En outre, en raison de dommages subis localement durant les frappes aériennes, des lignes électriques ont été coupées, ce qui provoque dans certaines zones des coupures d’électricité de 24 heures ou plus. De plus, une ligne électrique de 5 Méga Watts allant de l’Égypte à Rafah a été endommagée hier, ce qui a également étendu les coupures d’électricité à Rafah, qui bénéficiait généralement d’un approvisionnement continu. La Compagnie de Distribution d’Electricité de la bande de Gaza (GEDCO) est confrontée à des difficultés dans la réparation des dommages subis.

L’essence et le gaz de cuisson ne sont plus disponibles sur le marché libre et la plupart des 240 stations délivrant de l’essence dans la ville de Gaza ont fermé.

Eau et assainissement

Depuis mercredi, l’évacuation des eaux usées et les systèmes de distribution d’eau à Beit Hanoun, ont été touchés à cinq endroits, causant des dommages considérables à la principale canalisation d’eaux usées entre la ville et le centre de traitement des eaux usées de Beit Lahiya. Avec pour résultat un déversement des eaux usées dans les rues. En outre, le réseau d’eau a été touché à quatre endroits et sept puits à eau ont été gravement endommagés et ne peuvent être réparés en raison des bombardements. Cette situation a laissé 250 000 personnes dans la ville de Gaza et au nord de la bande de Gaza sans approvisionnement en eau.

L’UNRWA a commencé aujourd’hui la distribution de gazole aux Service des Eaux des Municipalités Côtières (CMWU), afin de permettre le fonctionnement des installations d’eau et de traitement des eaux usées. Hier, le CMWU a reçu 24 tonnes de chlore, utilisé pour la désinfection de l’eau, ce qui est suffisant pour les deux prochaines semaines.

Abris

En raison de frappes aériennes, quelques 250-300 personnes à Rafah, ont passés la nuit dernière dans des abris d’urgence fournie par l’UNRWA. 150 autres personnes séjournent dans les deux autres abris dans le nord de la bande de Gaza. L’UNRWA a distribué des couvertures et des matelas en urgence à ces centres.

Points de Passages

Le passage de Kerem Shalom est aujourd’hui partiellement ouvert et 70 camions transportant principalement des denrées alimentaires et des fournitures médicales devraient arriver. Un total de 58 camions, dont 30 pour les organismes d’aide humanitaire, est entré hier via ce passage. Le tapis roulant transporteur de grain de Karni et les pipelines de carburant de de Nahal Oz demeurent fermés.

Le point de passage d’Erez est partiellement ouvert aujourd’hui et deux cas médicaux avec deux accompagnateurs devraient être évacués vers les hôpitaux israéliens. Mercredi, cinq malades chroniques et un blessé, avec six accompagnateurs ont franchi le passage. En dehors de ces cas, le Ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne à Ramallah continue de refuser d’autoriser le transfert des patients de la bande de Gaza pour un traitement médical en Israël comme par le passé. Au lieu de cela, il dirige les patients vers des hôpitaux Egyptiens.

Plus de 400 ressortissants étrangers, principalement les conjoints de résidents de Gaza et leurs enfants devraient quitter la bande de Gaza via ce passage.

Le point de passage de Rafah est aujourd’hui partiellement ouvert aussi bien pour l’évacuation des cas médicaux que pour l’entrée de quelques livraisons de fournitures médicales. Hier, 17 blessés ont été évacués vers les hôpitaux de la Jordanie, et 120 personnes bloquées en Egypte ont été autorisées à entrer à Gaza. En outre, six camions transportant des fournitures médicales de Gaza sont entrés hier par le biais de point de passage de Rafah.

Livraisons nécessaires en priorité :

Carburant et transformateurs électriques : Le carburant industriel est nécessaire pour alimenter la seule centrale électrique de la bande de Gaza qui a fermé. Le reste de l’approvisionnement électrique en provenance de l’extérieur de la bande de Gaza est insuffisant. Il est également nécessaire de remplacer d’urgence les dix transformateurs qui ont été complètement endommagés afin de rétablir la fourniture en électricité des 250 000 personnes habitant au centre et au nord de la bande de Gaza. Toute les services de l’eau, de l’assainissement et les autres services publics qui fournissent les services de base à la population, ainsi qu’aux hôpitaux sont touchés par les coupures de courant qui durent maintenant en moyenne 16 heures par jour. Les hôpitaux ont du recourir aux générateurs pour alimenter en électricité et maintenir en service les salles de soins intensifs et les salles d’opération.

Blé : il est indispensable de fournir de la farine pour les boulangeries locales et les distributions humanitaires de denrées alimentaires à destination de centaines de milliers de bénéficiaires. On constate de longues files d’attente aux boulangeries et un l’existence d’un rationnement du pain. Le tapis roulant convoyeur de Karni est le plus adapté pour permettre l’importation des grandes quantités de farine de blé qui sont nécessaires.

Argent liquide : l’UNRWA - qui est le plus grand organisme d’assistance humanitaire dans la bande de Gaza - a suspendu les paiements en espèces à ses 94 000 familles en grande difficulté ainsi qu’auprès de ses fournisseurs et entrepreneurs délivrant des services cruciaux, y compris l’alimentation scolaire. Le personnel a été en mesure de recevoir seulement 50% du salaire en raison de difficultés de trésorerie.

Cisjordanie

Israël a imposé 24 heures de fermeture totale de la Cisjordanie, à l’exception des cas humanitaires. L’accès des hommes à la prière à Al-Aqsa a été interdit, sauf pour les détenteurs de cartes d’identité israéliennes âgés de plus de 50 ans. 12000 membres de la police et de la police des frontières sont en état d’alerte. Plusieurs manifestations contre l’opération militaire israélienne à Gaza ont eu lieu après la prière du vendredi aujourd’hui au centre de la Cisjordanie. Des affrontements ont éclaté entre les forces armées israéliennes, la police des frontières israélienne et des manifestants palestiniens à Jérusalem. Trois manifestants palestiniens ont été blessés à Ni’lin par des balles en caoutchouc enrobées de métal tirées par les forces armées israéliennes au cours de la manifestation d’aujourd’hui.

Publié dans Gaza News Info

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article