La situation humanitaire s’aggrave, avertit l’ONU

Publié le par JasmiN

Gaza : La situation humanitaire s’aggrave, avertit l’ONU

« Plus d’un million d’habitants de Gaza n’ont toujours pas d’électricité ou d’eau, et des milliers de personnes ont fui leurs foyers pour trouver un abri sûr. En plus de la destruction des infrastructures essentielles, y compris l’électricité, l’eau et le traitement des eaux usées, les communications et les routes, les hôpitaux sont également incapables de délivrer des soins intensifs aux victimes en nombre élevé. » Bureau des Affaires Humanitaires de l’ONU, rapport du 5 janvier.

Bureau des Affaires Humanitaires de l’ONU, 5 janvier 2009 - (extraits)


L’opération militaire israélienne est entrée dans son dixième jour, et la population de Gaza est la principale victime de la violence. Les forces terrestres israéliennes sont actuellement déployées autour des grandes agglomérations palestiniennes dans le nord de la Bande de Gaza (la ville de Gaza, Beit Hanoun, Beit Lahiya, et le camp de réfugiés de Jabalia), dans l’est de la bande de Gaza et dans le sud de Rafah.

Gaza est maintenant coupée en deux et les déplacements à l’intérieur du territoire sont extrêmement dangereux. Il est de plus en plus difficile pour le personnel humanitaire de procurer de l’assistance ou d’accéder aux victimes. Plus d’un million d’habitants de Gaza n’ont toujours pas d’électricité ou d’eau, et des milliers de personnes ont fui leurs foyers pour trouver un abri sûr. En plus de la destruction des infrastructures essentielles, y compris l’électricité, l’eau et le traitement des eaux usées, les communications et les routes, les hôpitaux sont également incapables de délivrer des soins intensifs aux victimes en nombre élevé.

VIOLENCE

Le nombre de victimes depuis le début de l’opération terrestre, le 3 Janvier, s’élève à environ 94 Palestiniens tués et de nombreux autres blessés. Bon nombre des victimes récentes sont des femmes et des enfants, avec des familles entières qui ont été tuées. Ce matin, un obus israélien a tué sept membres d’une famille palestinienne (cinq enfants et leurs parents) dans leur maison située dans le camp de réfugiés de Beach. Depuis ce matin jusqu’à 15 heures, 25 Palestiniens ont été tués. Les principaux locaux de l’Union des Comités de Santé dans la ville de Gaza ont été touchés, avec trois cliniques mobiles et un véhicule endommagés. Le 4 Janvier, un obus a frappé le principal marché aux légumes de la ville de Gaza, provoquant cinq morts et 40 blessés. Un travailleur paramédical de l’UHWC, un organisme financé par Oxfam, a été tué quand un obus israélien a frappé une ambulance qui tentait d’évacuer un blessé dans la zone de Beit Lahiya. Un autre travailleur paramédical a perdu un pied et un chauffeur a été blessé lors du même incident.

A 15 heures, les chiffres publiés par le Ministère de la Santé font état de 534 morts et au moins 2 470 blessés depuis le 27 décembre. Mais les dangers encourus par le personnel médical et les difficultés à extraire les blessés de bâtiments effondrés rendent difficiles les évacuations et l’estimation des pertes.

Un soldat israélien a été tué le dimanche. Globalement, près de 60 soldats des forces armées israéliennes ont été blessés dans la bande de Gaza depuis samedi, dont quatre qui sont dans un état grave. Des militants de Gaza ont tiré au moins 45 roquettes ce dimanche, blessant trois Israéliens.

FUEL / ELECTRICITE

L’électricité est coupée dans 75% de la bande de Gaza. Depuis le début de l’opération terrestre, tous les gouvernorats et les régions nord et centre de la bande Gaza sont privés d’électricité, et Rafah ne reçoit que peu d’électricité, en raison des attaques qui ont endommagé 6 des 10 lignes électriques en provenance d’Israël et l’une des deux lignes électriques en provenance de l’Égypte. La bande de Gaza ne reçoit actuellement que 25% de la production totale d’électricité nécessaire.

Les techniciens palestiniens rencontrent des difficultés pour atteindre les lignes endommagées en raison des attaques de l’armée. Bien qu’il soit très difficile pour les personnels du CICR de se déplacer, ils ont réussi à escorter des techniciens pour la réparation des lignes endommagées fournissant à la partie nord de la bande de Gaza l’électricité en provenance d’Israël.

SANTÉ

Les hôpitaux luttent pour arriver à fonctionner malgré la coupure totale du courant électrique. L’électricité des hôpitaux est fournie par des générateurs de secours mais les réserves de carburant pour les groupes électrogènes sont dangereusement basses. Aujourd’hui, des groupes électrogènes alimentant les postes ambulanciers du Ministère de la Santé, des réserves de vaccin, des laboratoires et des entrepôts ont été à l’arrêt en raison du manque de carburant jusqu’à ce que l’UNRWA délivre du carburant au Ministère de la Santé. L’UNRWA et le CICR s’emploient à délivrer l’approvisionnement en combustible supplémentaire, pour fournir solution à court terme.

Bien que les patients dont l’état s’est stabilisé soient renvoyés dès que possible afin de libérer de la place dans les hôpitaux, les unités de soins intensifs dans l’ensemble de la bande de Gaza sont surchargées, et tous les lits de soins intensifs sont occupés. Il y a un besoin urgent d’évacuer les patients de la bande de Gaza.

Bien qu’une grande quantité de médicaments ait été fournie par divers organismes et donateurs, les organisations humanitaires reçoivent maintenant des demandes urgentes de médicaments anti-douleur puissants ainsi que de sacs et de draps qui sont utilisés pour envelopper les morts. Il existe également un besoin urgent de chirurgiens supplémentaires dans les spécialités de neurologie, chirurgie vasculaire, orthopédie et cardiologie.

Les dommages collatéraux subis par les hôpitaux ne sont pas réparés ; par exemple les vitres brisées n’ont pas été remplacées en raison du manque de verre.

Cinq centres de santé de l’UNRWA sont maintenant fermés à cause de la proximité des hostilités.

Les ambulanciers du Croissant-Rouge palestinien n’ont pas été en mesure de répondre à de nombreux appels en raison des opérations militaires. Du 3 Janvier au 4 Janvier à midi, les services médicaux du Croissant-Rouge palestinien ont pris en charge 176 blessés et 36 morts. La sécurité des ambulances et du personnel médical est une préoccupation majeure.

(...)

Réseau d’eau et égouts

Le fonctionnement des réseaux d’eau et d’égouts de la bande de Gaza est sur le point de s’effondrer en raison de l’absence d’énergie et de carburant. Le CMWU avertit que 48 des 130 puits de la bande de Gaza sont hors service en raison de l’absence d’électricité, des dommages causés aux conduites et / ou de l’épuisement des réserves de carburant duquel dépendent les générateurs (suffisant seulement pour les 2-3 jours à venir). Au moins 45 autres puits ne fonctionnent que partiellement et seront arrêtés dans quelques jours faute d’approvisionnement en carburant et en électricité. Plus de 530 000 personnes (environ 400 000 personnes dans le nord de la bande de Gaza, 100 000 personnes à Rafah, et 30 000 personnes en région centre) sont entièrement privées d’eau courante, et les autres ne reçoivent l’eau que par intermittence seulement, à intervalle de quelques jours.

Le CMWU est confronté à des difficultés pour réparer les dommages aux réseaux en raisons des problèmes de sécurité. Toutefois, si l’électricité revenait, le CMWU pourrait rétablir ces fournitures avec de l’eau provenant d’autres sources.

La situation des réseaux d’eaux usées est très dangereuse, et pose des risques sérieux de propagation de maladies transmises par l’eau. Des eaux usées se répandent à Beit Lahiya, sur les terres agricoles, et dans la mer, après l’arrêt de cinq stations de pompage des eaux usées sur les 37 de la bande de Gaza en raison de l’absence d’électricité. Les 32 autres stations ne fonctionnent que partiellement et s’arrêteront dans 3-4 jours si elles ne reçoivent plus de carburant. (...)

Publié dans Gaza News Info

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article